LES ACTEURS DE LA MODE

Les Audacieuses : la tête dans les étoiles et les pieds sur terre

Rencontrées dans les locaux de SupdeMod lors d’une conférence donnée aux élèves, les audacieuses ont répondu à nos questions.

Les audacieuses, c’est l’histoire de deux femmes, passionnées de mode et d’originalité. Les audacieuses, c’est une boutique mais aussi un atelier qui regorge de curiosités et où l’on aime chiner. Mais, les audacieuses c’est surtout une belle complicité entre ses deux créatrices.

L’histoire débute en 2008, Isabelle Hourtoule et Muriel Rondeu créent l’association qui deviendra plus tard un lieu d’exposition pour de multiples créateurs. Au départ, les deux amies organisent des marchés ou encore des salons de créateur dans la région afin de faire décoller les affaires… La boutique, située sur les pentes, ouvre en 2009 et propose des articles réalisés sur place. Mais les audacieuses font aussi appel à plusieurs marques de créateurs français (parfois de villes étrangères), sélectionnées par les deux comparses et renouvelée tous les trimestres. Au final plus de 90 créateurs ont déjà collaboré avec elles. Une troisième passionnée les rejoindra un peu plus tard. Chacune leur spécialité : l’une est dans la déco, l’autre dans la mode et la dernière dans la création de bijoux.

 Nous avons pu rencontrer Isabelle Hourtoule et Muriel Rondeu lors de la Fashion Week de l’école SupdeMod. Focus sur deux créatrices hautes en couleur :

  • Pouvez-vous vous présenter et nous expliquer votre parcours ?

Isabelle : « J’ai fait un BAC L option Art, j’ai ensuite étudié au sein de l’école SupdeMod. À la fin de mes études je me suis lancée en tant que styliste intégrée en freelance. Après quelques années j’ai réintégré l’école SupdeMod mais en tant que professeur formatrice. J’ai aussi créé ma propre marque : Zaza Di Napoli. »

Muriel : « J’ai moi aussi fait mes études à l’école SupdeMod. J’ai d’ailleurs eu Isabelle comme professeur. Après mes études j’ai décidé de créer ma marque qu’ j’ai appelée Princess punk. Je suis actuellement intervenante au sein de SupdeMod, comme Isabelle. »

  • Et si vous deviez vous décrire l’une l’autre ?

I : « Muriel est une personne déterminée ! Elle sait ce qu’elle veut et y met toute son énergie. Elle possède aussi une vivacité intellectuelle non négligeable. Au niveau professionnel, Isabelle est très fiable, je lui fais totalement confiance, je peux partir 2 semaines en vacances en sachant que les affaires seront bien tenues. J’apprécie également sa réactivité, même face à l’imprévu. »

M : « Isabelle est une véritable passionnée. A l’époque où je l’avais en tant qu’élève à SupdeMod je trouvais la jeune fille qu’elle était très mature pour son âge et avec un bon bagage culturel, c’était déjà une personne cultivée et historienne sur les bords. C’est aussi une grande amoureuse des matières, elle aime ce qui est beau ! Mais Isabelle c’est aussi une princesse glamour, une grande romantique… »

  • Quel est le concept des Audacieuses?

I & M: « Les audacieuses ne part pas vraiment d’un concept… nous cherchons surtout la cohérence et l’éclectisme. Nous trouvons ça beau de pouvoir remonter le moral des gens avec des couleurs qui réchauffent le cœur, surtout avec tout ce qui se passe ces derniers temps, c’est une véritable bouffée d’oxygène de créer et de donner le sourire aux gens qui viennent acheter. Les collections se suivent et restent toujours fluides entre les marques présentées, nous refusons que les clients se disent : « cet objet sort du décor et ne va pas avec l’ensemble ! ». Nous aimons toutes les deux les matières, toutes les matières, surtout les plus originales. A chaque renouvellement de collections nous faisons des mises en place à thème et nous cherchons une cohérence entre tous les univers que nous présentons. »

  • Qu’est ce qui différencie cette boutique des autres que l’on trouve sur les pentes ?

I & M: « Il y a énormément de boutiques de créateurs dans notre quartier, mais ce qui différencie la nôtre de celle de nos collègues c’est le fait que les clients peuvent réellement s’approprier les objets qui leur plaisent. Chaque article a une histoire et nous nous amusons à les raconter à qui souhaite l’entendre.

En réalité, les Audacieuses c’est aussi un lieu où l’on chine. Les thèmes s’enchainent et passent du vintage glamour à l’insolence du punk. »

  • Quelles sont vos inspirations justement ?

I : « Je suis une italienne amoureuse de la culture méditerranéenne. J’ai toujours été influencée par les défilés de mode venant d’Italie ou d’Espagne.

Je suis aussi, en plus de la mode et de la création, passionnée par l’univers cinématographique de Fellini et de Pedro Almodovar. J’aime l’art d’Adami et tout ce qui s’approche des arts plastiques (peintures, sculptures…) »

M : « Moi je suis la punk du duo. Dans punk il faut voir le côté glamour, la sensualité, la liberté… mais je suis aussi une princesse pour le côté rêveur et romantique. Je suis encore très rattachée à l’enfance. »

I & M : « On peut aussi jouer sur le kitch, mais on assume ! On rigole, on s’amuse, on aime ce que l’on fait et il nous arrive même de nous lâcher et de chanter à tue tête du Dalida dans l’atelier. La musique nous inspire, nous avons d’ailleurs rendu hommage à Demis Roussos après sa mort. Les Audacieuses c’est un univers, avec des choses qui s’identifient petit à petit… »

  • Quelles sont les qualités pour survivre en tant de crise ?

I & M : « La patience ! Elle est importante face à des clients qui ont parfois du mal à se décider ou à passer à l’acte d’achat. Mais il faut aussi être réactif, savoir se remettre en question et ne pas hésiter à changer de cap. Pour survivre en tant de crise, il faut créer mais pas que des articles, des évènements aussi, s’adapter… Du côté financier, il faut savoir réduire parfois les frais, contrôler les stocks et se projeter. Mais le plus important c’est d’y croire ! »

  • Un petit conseil à donner aux élèves pour réussir dans la création ?

I & M : « Nous aimerions leur apprendre à travers de nos cours et interventions à être curieux et à construire leur intelligence. Il faut aller voir plus loin que la mode et s’intéresser à l’art dans sa globalité. Réussir passe aussi par la chance, mais la chance cela se provoque. Enfin, pour créer, il est indispensable de s’ouvrir aux émotions, de passer par la fantaisie et de croire en la vie. »